Annexe : Yves Saint-Laurent

     Yves Saint-Laurent est né le 1er août 1936 à Oran, en Algérie. Lors de son neuvième anniversaire, il anticipe son futur : "un jour, mon nom sera inscrit en lettres de feu sur les Champs-Elysées." Dans les années 40, il dévore toutes les revues de mode françaises : Paris Match, Vogue. Il commence alors à reproduire des modèles aperçus dans les magazines et invente sa maison de couture (fictive) : Yves Matthieu Saint-Laurent Haute Couture Place-Vendôme.

     En 1952, un article de L'Echo d'Oran signale les "magnifiques costumes dessinés par un jeune de 15 ans, Yves Matthieu Saint-Laurent", à l'occasion du gala de l'enfance, à l'Opéra municipal. En 1953, il participe au premier concours de dessin de mode, organisé par le secrétariat international de la laine, dont les jurys sont, entre autres, Christian Dior et Hubert de Givenchy. Il remporte le troisième prix de la catégorie "robes’’.

ysl-8-1.png

     En septembre 1954, il rentre à l'école professionnelle de la Chambre Syndicale de la haute couture. Le 25 novembre 1945, il se présente de nouveau, au concours de dessin de mode de la laine. Cette fois-ci, il obtient le premier prix et le troisième prix de la catégorie "robes". En 1955, Christian Dior le remarque et l'emploie comme assistant modéliste. Yves Saint-Laurent prendra la succession de la maison de haute couture, et connaîtra le succès grâce à la jupe trapèze. L'ouverture officielle de la maison de haute couture d'Yves Saint-Laurent se fera le 4 décembre 1961.

     Sa première collection, présentée en 1962 à Paris, est un véritable succès, qui ne sera jamais démenti : Yves Saint-Laurent lance la mode du caban, du smoking féminin, des sahariennes. En se servant des codes masculins, il apporte aux femmes l’assurance, l’audace et le pouvoir, tout en préservant leur féminité. En 1966, il ouvre son magasin Saint-Laurent Rive gauche, spécialisé dans le prêt-à-porter féminin, mais aussi des boutiques partout en France, à New-York en 1968, à Londres en 1970 et trois ans plus tard, il développe les collections masculines. Il est l'un des premiers créateurs à faire défiler des mannequins noires dont Katoucha Niane et Iman.

ysl-6.png

ysl-9.png


    

 

 

 

 

 

      Pierre Bergé, Président de la Chambre Syndicale des couturiers et créateurs de mode, reconnait le talent d'Yves Saint-Laurent : "avec Yves Saint-Laurent, une nouvelle histoire commence ". C'est pourquoi en 1947, il aide Saint-Laurent à installer sa maison de couture avenue Marceau, à Paris, où ce dernier ne cessera d'affirmer son style. Dans ses collections, il rend hommage aux artistes dès 1965, avec les célèbres robes Mandrian, puis en 1966, avec ses robes pop art et son hommage important à l’Afrique en 1967. Dans les années 1970, il présente des collections-hommage à Picasso et à Diaghilev, et des hommages à Matisse, Cocteau, Braque, Van Gogh, Apollinaire, dans les années 1980.

 

 

     Le Metropolitan Museum of Art de New-York lui consacre une rétrospective en 1983 : c’est la première fois qu’un créateur de mode vivant, expose dans ce musée. De grandes expositions seront présentées par la suite à Pékin, Moscou, Sydney, Tokyo et bien entendu à Paris, au musée des Arts de la Mode, en 1986. En 1998, Saint-Laurent met en scène trois cents mannequins sur la pelouse du Stade de France, à l’occasion de la Coupe du monde de football. En 1990, une collection intitulée « Hommages » est réalisée autour de célébrités comme Marylin Monroe, Catherine Deneuve, Zizi Jeanmaire, Marcel Proust ou Bernard Buffet.

ysl-5-1.png ysl-7.pngysl-2-4.png      

     En 2001, il est décoré Commandeur de la Légion d'Honneur par Jacques Chirac et fait ses adieux à la haute couture le 7 janvier 2002. Le 22 janvier 2002, au Centre Pompidou, un défilé rétrospectif retracera quarante années de création, portée par plus de 300 modèles, dont sa dernière collection Printemps-Eté 2002. Saint-Laurent se consacre ensuite, aux activités de la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent, créée en 2002.

     Il meurt le 1er juin 2008 à Paris à 72 ans, en laissant l'image d'un homme qui "par son génie, a révolutionné les codes de la mode et a su apposer sa signature inimitable." Valérie Hermann


16 votes. Moyenne 3.88 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site